Britannicus (de Jean Racine)

Compagnie Minuit44        Mise en scène : Laurent Domingos


Mercredi 26/05 à 17h, durée: 1h30
Représentation réservée aux programmateurs et professionnels

Une intrigue atemporelle et universelle aux multiples facettes : symbolique autour de l'accouchement d'un monstre, sauvagerie et perversion fidèle à l'histoire, emprise castratrice d'une veuve noire sur sa progéniture...
Ce huis-clos est rendu  magnifique par la force de la musique, de la chorégraphie, du travail sur la lumière et le noir.
Remarquable utilisation d'une structure arachnéenne. Le spectateur se trouve pris au piège de la pièce dès la première image.

 

Note d'intention :
Sous l’apparence d’une tragédie classique, Britannicus est avant tout une intrigue de l’intime, où les enjeux politiques sont seulement prétextes à un affrontement familial. La portée universelle et atemporelle de cette oeuvre réside en ce que les rouages qui l’actionnent, la Possession et la Passion, sont parmi les moteurs intemporels de l’Humanité.

La mise en scène, radicalement symbolique et stylisée, nous immerge dans un clair-obscur sauvage et oppressant, où les personnages, tapis dans l’ombre, sont en danger dès qu’ils sont à découvert, et ne peuvent littéralement pas sortir de ce huis-clos oppressant, au centre duquel siège un trône exagérément haut, tout droit sorti des entrailles de la Terre.

Burrus et Narcisse, respectivement l’ange blanc et l’ange noir de l’Empereur, sont interprétés par le même comédien, symbolisant ce combat entre le bien et le mal que livre Néron, et avec lui tous les personnages, dont aucun n’est bon, et aucun n’est mauvais.

Le rapport charnel, incestueux entre une mère castratrice et son fils, fondamental pour saisir l’origine du drame, est travaillé en profondeur.

L’attention sur le son et les corps des personnages, ainsi que les ajouts chorégraphiques complètent le travail de texte et apportent une résonnance inédite à cette œuvre majeure de Racine.
Ce qu'ils en disent :

« Superbe pièce mise en scène par Laurent Domingos, très bien interprétée. Avec une unité de lieu incarnée par une machine infernale, piège mandibulaire. La pièce commence par l'enlèvement de Junie, chorégraphié. Magnifique. » - Le Masque et la Plume France Inter -


Interprétation :

Justine Assaf (Agrippine), Ophélie Lehmann (Junie), Salomé Ramon (Albine), Guillaume Blanchard (Burrhus et Narcisse), Stéphane De Oliveira (Britannicus), Laurent Domingos (Néron).

Quelques images du spectacle


Image1 Image2 Image3 Image4 Image5 Image6

Crédit photos : Lola Gadea


L'équipe du spectacle :

Direction d’acteurs : Catherine Hirsch; Costumes scénographie : Delphine Ciavaldini; Assistante mise en scène, chorégraphie : Céline Pradeu; Son et lumière : Eliah Ramon; Musique : Guillaume Blanc.


Pour en savoir plus :
Dossier du spectacle